Comment remonter la pente après une rupture amoureuse ?

par | Nov 28, 2018 | Développement personnel

Nb: j’ai écris cet article au féminin, en m’identifiant à mon propre vécu. Mais il fonctionne aussi au masculin. Messieurs, faites abstraction de la forme, c’est le fond qui compte ;-). Bonne lecture

Chagrin quand tu nous tiens…

Vous êtes au fond du sachet. Feue votre motié vous a quitté ou vous l’avez vous-même quitté parce que là c’était plus possible. Ok pour faire des concessions, mais tout accepter sans broncher faut quand même vous prendre pour une dinde avec de la confiture dans les yeux! De toute façon, le résultat est le même. C’est le cri du désespoir. Vous aviez tellement investi et espéré de cette relation. Et puis vous l’aimez TELLEMENNNNT malgré tous ses défauts. Alors ok adieu pétages de câbles et disputes incessantes mais pour l’instant c’est la phase des regrets. À coup de chaudes larmes, vous vous demandez comment vous allez bien pouvoir tirer un trait définitif sur cette histoire. Parce que pour l’instant vous avez aussi mal que si on vous avez coupé un bras à la tronçonneuse sans anesthésie! 

S’INSCRIRE À LA NEWSLETTER
Enter your email address and click on the Get Instant Access button.
We respect your privacy

L’importance de l’étape du deuil

Une relation, c’est du temps, de la passion, des sentiments, de beaux moments… On s’y attache et on y tient. Quand pour x raison elle prend fin, il est nécessaire d’en faire le deuil pour passer sereinement à autre chose. Ça commence par accepter la douleur, la vivre, la ressentir. Si on a envie de pleurer dans son oreiller, de bouffer trois pots de Nutella ou de regarder les 3 volets du Journal de Bridget Jones pour se consoler, on ne se retient pas. Il n’y a rien de pire que de refouler ses émotions et de vouloir à tous prix les contrôler. C’est la porte ouverte à la somatisation et au cancer prématuré. Tous ce qui n’est pas exprimé et réprimé au fond de soi gangrène l’organisme. Il n’y a pas de honte à être malheureux et chacun doit le vivre à sa façon.

On coupe les ponts, au moins dans un premier temps

Inutile de vous préciser que faire son deuil ce n’est pas harceler Chouchou de textos pour lui dire à quel point c’est dur, que la vie n’a plus de sens et que respirer chaque jour est désormais un supplice. Un deuil par définition c’est le processus durant lequel on accepte la fin de quelque chose. La fin signifie plus de Chouchou du tout. Si il prend l’envie à Chouchou de revenir ce sera une autre histoire. Pour l’heure, il est nécessaire de prendre ses distances pour éviter de nourrir tous faux espoirs et pour se recentrer sur soi.

L’heure de faire le point

Passée l’étape de l’abattement, il est nécessaire de comprendre ce qu’il s’est passé. Analysez un peu votre relation. Sans se demander qui a tort ou qui a raison (on a tous un point de vue différent, cette question est très subjective et ne fera pas avancer les choses). Demandez-vous surtout ce que vous avez aimé dans cette histoire et ce qui vous a déplue, froissée, contrariée… L’objectif est de faire de cette rupture un atout pour la suite. D’une part en étant clair avec ce que vous voulez et ne voulez plus. Vous gagnerez du temps lors des prochaines rencontres. Et surtout en étant honnête avec vous-même. La jalousie, la dépendance affective, être avec quelqu’un pour éviter d’être seule, le dirigisme, le contrôle, l’effacement de soi face à l’autre sont autant de choses qui se reproduiront avec le prochain si vous ne travaillez pas dessus (lire l’article sur la répétition du schéma amoureux). Si vous manquez d’objectivité envers vous même, n’hésitez pas à solliciter votre entourage qui a un regard extérieur. Parfois il est utile d’entendre une voix critique pour prendre la mesure des choses, pouvoir évoluer et avancer.

Comment gérer le manque ?

Bon, on ne va pas se mentir. C’est la chose la plus complexe à gérer. Vous pouvez vous aider de certains outils comme par exemple écrire une lettre symbolique à votre ex en lui disant tout ce que vous avez sur le coeur (voir la procédure à suivre ici). Mais avant toute chose il serait préférable de faire un peu ménage. En effet, si vous faites face plusieurs fois par jour aux 40 photos de votre histoire d’amour aimantées sur votre réfrigérateur, ça ne va pas vous aider. Alors n’hésitez pas à prendre un carton et à y mettre tout ce qui vous fait penser à votre ex (et à cacher le carton évidemment). Vous pouvez également changer un peu la déco ou la disposition des meubles pour vous donner une impression de renouveau. Un petit tour chez le coiffeur, une nouvelle photo de profil Facebook, un abonnement au sport pour se défouler, sortir avec les potes, aller danser…trouvez ce qui peut vous faire du bien et qui concrétise la rupture. N’hésitez pas non plus à vous confiez sur votre manque si vous en ressentez le besoin, l’oreille attentive en face de vous saura vous remonter le moral et ça vous fera un petit moment de répit.

Prendre le temps de se reconstruire et rester optimiste

Courir dans les bras du premier venu pour se consoler n’est une solution ni pour vous ni pour celui qui va jouer le rôle de mouchoir. Faire son deuil c’est aussi passer par une phase de reconstruction. Sans ça, il y a de fortes chances que votre prochaine relation n’existe pas pour les bonnes raisons. Lorsqu’on est bien dans ses baskets, qu’on a résolu ses problèmes, on a toutes les chances de rencontrer quelqu’un de stable et de tout aussi épanoui. Je ne vous fais pas un dessin pour vous dire ce que l’inverse donne en général. Essayez de voir votre solitude comme un atout. C’est l’occasion de faire tout ce que vous voulez quand vous voulez (à part si comme moi vous avez des enfants et donc plus vraiment de liberté haha). Vous pouvez également avoir un projet (voyagez seule en sac-à-dos, donner de son temps à une association, vous former à un truc qui vous plait…) que vous serez fière d’avoir accompli par vous même. L’objectif est d’essayer de rester positive et optimiste : si ça n’a pas marché avec Chouchou c’est que Loulou (beaucoup plus cool, beau et sympa que Chouchou) vous attend quelque part. Mais pour le rencontrer il faut être prête. Et être prête c’est s’être suffisamment délestée de ses casseroles pour voir que Loulou existe! 

Si malgré tous vos efforts la situation restait insoutenable…

Si jamais avec tout ça vous n’arrivez vraiment pas à remonter la pente, vous pouvez venir me voir ;-). La kinésiologie est très efficace dans la gestion du deuil et elle permet également de comprendre la douleur sous-jacente. L’occasion en plus de laisser quelques casseroles au cabinet et de vous alléger un peu!

Si cet article t’a plu, n’hésite pas à liker et partager 🙂

Pour rester connecté c’est ici !

Facebook
Facebook
LinkedIn
TWITTER
PINTEREST
INSTAGRAM

Toutes les catégories

Les archives du blog

Sophie Chérif

Sophie Chérif

Le blog de Sophie me permets d’écrire des articles sur des sujets qui me passionnent et qui j’espère vous seront utiles.
Je vous souhaite une bonne lecture !

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial