Répétition d’un schéma amoureux, comment sortir de cette spirale?

par | Nov 7, 2018 | Développement personnel

Cercle vicieux amoureux, quand tu nous tiens…

S’INSCRIRE À LA NEWSLETTER
Enter your email address and click on the Get Instant Access button.
We respect your privacy

Nb: pour ce paragraphe j’ai fini par tout mettre au féminin car les parenthèses tel que le(la)/amoureux(se) alourdissait le texte et la lecture. Mais il est évident que cette problématique n’est pas réservée qu’aux filles. Messieurs si vous lisez ces lignes, c’est que le sujet résonne en vous. Faites abstraction de la forme, c’est le fond qui compte ;-). Bonne lecture

Vous collectionnez les mecs qui ne veulent pas s’engager mais qui bizarrement ont bébés et maison avec la suivante? Tous vos ex vous ont quitté parce qu’ils trouvaient que vous étiez plus des potes qu’un vrai couple? Vous êtes une personne généreuse qui donne tout mais vous ne tombez que sur des égoïstes qui ne vous aime pas à la hauteur de votre amour pour eux? Souvent vous vous rendez compte que la fidélité de vos partenaires n’était pas leur plus grande qualité?

C’est la définition même de la répétition d’un schéma amoureux. Il ne correspond pas à nos aspirations et nous rend profondément malheureuse. Même si l’on se dit que cette fois on fuira l’égoïste, l’égocentrique, le menteur, le peureux…Même si l’on se dit que cette fois on ne se fera pas avoir, c’est pourtant la même histoire qui se rejoue. Au début, on se sent bien, heureuse et amoureuse. Notre partenaire fait tout pour nous séduire. Souvent, c’est même lui qui semble plus attaché. Mais une fois sécurisé par notre amour débordant, le partenaire commence à se faire moins rassurant. Et force est de constater qu’on n’est finalement pas au paroxysme du bonheur. Les balades main dans la main, à regarder les oiseaux tout en se bécotant et en rigolant comme des neuneux (l’amour rend cucu!) se font rares. Les soirées en tête à tête se transforment trop souvent en soirées solo ou à plusieurs (le partenaire a la fâcheuse tendance à ne pas pouvoir vivre sans ses potes). Les projets communs prennent chaque jour un peu plus le chemin de l’utopie. Quand au bout d’un moment on perd tout espoir et qu’on consent à jeter l’éponge, on constate péniblement que ce n’est pas le premier échec du même genre…

On est donc en droit (et même vivement invitée) de se questionner. Pourquoi me suis-je embourbée dans un tel cercle vicieux? Et que faire pour sortir de cette spirale infernale et rencontrer enfin le prince charmant (le vrai cette fois, pas sa réplique en carton-pâte)?

Pourquoi répète-t-on toujours le même schéma catastrophe quand il s’agit de ses relations amoureuses ?

Le cerveau est un système complexe qui fait bien des choses à notre insu. Il enregistre notamment tout ce que l’on a vécu. Que l’on s’en souvienne ou non (tu me diras Dieu merci, sinon on en aurait plein la tête!). Il enregistre nos expériences, nos émotions, nos ressentis. Il va faire des liens, tirer des conclusions et créer ainsi un mécanisme de pensée unique qui nous est propre.
Voici 2 concepts qui entrent en jeu dans la construction de ce mécanisme de pensée et qui sont souvent à l’origine des échecs sentimentaux (mais aussi professionnels, relationnels…).

  • Le système de croyance : c’est l’ensemble des croyances conscientes ou inconscientes construites via notre éducation et nos expériences personnelles. En effet, l’enfant apprend très tôt ce qui est bien, ce qui est mal, ce qu’il a le droit de faire ou non, ce qui est important ou non… Cet apprentissage se fait sous le prisme des parents. Ce sont donc souvent des croyances qui s’apparentent d’avantage à un conditionnement. Par exemple, une mère répète à sa fille ne mange pas trop pour rester mince et trouver un mari. Inconsciemment, la jeune fille va développer un stress sur l’alimentation et elle doutera un peu plus de son physique à chaque échec amoureux. Sous le poids de notre éducation, on se sent parfois empêtré dans des croyances qui ne nous appartiennent pas. Et ceci n’est pas sans conséquences. Dans notre exemple, il est possible que la jeune fille, totalement frustrée de se restreindre en permanence et tiraillée dans sa croyance (elle voit bien que des filles bien en chair sont heureuses en amour), va finir par adopter un comportement alimentaire névrotique (boulimie, anorexie). Pour couronner le tout, il est bon de savoir que nous sommes sans cesse attirés par des expériences en accord avec nos pensées et nos croyances. Il est évident qu’une personne qui pense que les campagnards sont des bouseux ne va pas songer à vivre au milieu des champs et inversement! Ceci explique pourquoi nous attirons et vivons des choses qui correspondent à nos croyances (n’oublions pas que beaucoup sont inconscientes) mais qui ne sont pas en accord avec nos aspirations profondes (son vrai moi intérieur). Nous sommes dans une société de formatage où la place à la liberté n’est pas le maitre mot. L’éducation dans l’amour inconditionnel, l’acceptation totale et la liberté de pensée n’existe pas. Ceci explique le mal être récurrent chez chacun de nous, tiraillés que nous sommes entre nos envies profondes et notre cerveau rigide. N’avez-vous jamais ressenti cette sensation que vous n’étiez pas à votre place sans pour autant arriver à faire différemment? La faute aux croyances! Elles conditionnent notre façon de voir le monde, de voir les autres, de nous voir nous-même. Dans les relations affectives et amoureuses, ces croyances vont participer au choix du partenaire et à la façon de vivre ces relations.
  • La signification donné à un message implicite. Un message implicite est quelque chose qu’on nous dit ou que nous vivons. Par exemple, un jeune diplômé passe plusieurs entretiens, sans succès (le message implicite est donc l’échec). Désespéré, il en conclu qu’il n’a aucunes compétences (interprétation par ce garçon du message implicite). Sa pensée répétitive va s’inscrire insidieusement dans son inconscient. À l’entretien suivant il partira perdant, avec un échec supplémentaire à la clef. Finalement il postulera pour des offres moins qualifiées, persuadé qu’il ne peut prétendre à mieux. Sa copine de promo, qui a le même niveau que lui, essuie elle aussi quelques réponses négatives (même message implicite d’échec). Elle ne se laisse pas démonter et décide de persévérer (elle l’interprète comme un mauvais concours de circonstances). Finalement au 6ème entretien elle reçoit une lettre lui annonçant que sa candidature à été retenue. On voit bien ici l’importance dans nos actions de l’interprétation personnelle que l’on va donner à un message. Cette interprétation va s’inscrire dans l’inconscient pour en faire une vérité. Autre exemple, personnel cette fois. Mon père m’a toujours dis je n’étais pas aussi intelligente que mon frère (merci papa!). Mon cerveau de petite fille l’a interprété comme « t’es nulle à l’école ». J’ai essayé tant bien que mal d’avoir un niveau moyen malgré le poids de cette interprétation. Puis vint l’année du bac et des voeux pour ses futures études. Au fond je voulais faire médecine, j’étais passionnée par le soin, les médicaments, les alternatives naturelles (mon frère, lui même en médecine à ce moment là, venait me demander conseil quand il avait mal quelque part). Or si mon frère tant intelligent galérait à avoir sa première année, c’est pas moi la nulle qui allait décrocher le graal. Résultat, je me suis perdue dans des études qui ne me correspondaient pas. J’ai fini par m’écouter et trouver ma voie comme thérapeute. Mais le poids de cette interprétation n’a pas été sans conséquences sur ma vie et m’a fait « perdre » quelques années. Dans le domaine affectif, il est fréquent qu’après plusieurs échecs amoureux, le message implicite retenu soit « je ne mérite pas d’être aimé ». Dans ce contexte, difficile de se diriger vers une relation épanouissante…

On voit bien la force du mental qui peut-être très enfermant. Notre vie n’est pas le fruit du hasard. Elle est le miroir de nos pensées, de nos croyances. Pour changer de schéma, il faut changer ses croyances.

Comment sortir de ce cercle infernal ?

La grande question! J’ai envie de vous répondre que deux solutions s’offrent à vous. La première, si vous n’êtes pas pressé, est d’attendre que la vie vous donne une claque suffisamment forte et douloureuse pour déclencher un changement en vous. Une prise de conscience. C’est souvent quand on touche le fond qu’émerge quelque chose de nouveau. Avant ça, l’espoir prend le dessus et nous fait croire que tout est encore possible. Evidement, tout est possible mais pas sans comprendre ce qui fait qu’à l’heure actuelle vous rejouez la même scène. Ce qui nous amène à la seconde solution. Celle-ci demande un investissement plus grand mais ne nécessite pas d’attendre d’être au plus mal pour que les choses bougent. Il s’agit de faire un travail sur soi et plus précisément sur l’inconscient. La conscience nous cachent trop de choses, on ne peut pas lui faire confiance. C’est dans l’inconscient que toutes les réponses résident. Notre système de croyance détermine toute notre vie. Pour changer de vie ou agir différemment, il faut changer de croyances. Passez de « je ne mérite pas d’être aimé », « la vie de couple c’est trop de concessions », « être en couple c’est stressant », « j’ai peur de me faire avoir si je laisse quelqu’un rentrer dans ma vie »…à quelque chose de plus positif.

Si vous avez peur d’être trop bousculé, vous pouvez commencer par des lectures qui mettront en conscience des choses en vous. Si le courage et l’envie vous en dit, vous pouvez opter pour un travail sur vous avec un aide extérieure. Pour ne pas être déçu, cherchez la thérapie qui vous parle et qui vous semble la plus adaptée (hypnose, sophrologie, emdr, kinésiologie…). Je déconseille la psychothérapie, qui déjà n’est pas rapide dans ses résultats et qui n’utilise que le dialogue, donc le biais de la conscience. Imaginez un jardin, pour accéder à la maison vous devez marcher toujours au même endroit. Est-ce que l’herbe repousse là ou vous piétinez chaque jour? Non. Ressasser encore et encore un problème l’ancre plus qu’il ne fait émerger de la nouveauté (point de vu très personnel, ne me sautez pas à la gorge si vous être pro psy ;-)). Au fil de la thérapie, vous verrez qu’aussi insidieusement que votre système de croyance s’est formé, de nouvelles choses vont émerger. Vos décisions, vos rencontres, vos relations, votre confiance en vous vous sembleront différentes avec le temps. Ça ne se fera pas sans efforts ni du jour au lendemain, mais vous serez ravi des jolies choses qui s’offriront à vous après quelques séances.

Pour rester connecté c’est ici !

Facebook
Facebook
LinkedIn
TWITTER
PINTEREST
INSTAGRAM

Toutes les catégories

Les archives du blog

Sophie Chérif

Sophie Chérif

Le blog de Sophie me permets d’écrire des articles sur des sujets qui me passionnent et qui j’espère vous seront utiles.
Je vous souhaite une bonne lecture !

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial