Êtes-vous sous l’influence d’un parent toxique ?

par | Jan 25, 2019 | Développement personnel

Nos parents font généralement de leur mieux pour nous éduquer mais parfois, sous couvert de bonnes intentions, leur influence peut s’avérer toxique…

S’INSCRIRE À LA NEWSLETTER
Enter your email address and click on the Get Instant Access button.
We respect your privacy

Il est difficile d’accepter et de conscientiser que l’éducation de nos parents ait des répercussions négatives sur notre construction et notre épanouissement personnel. Souvent à son insu, le parent toxique crée chez l’enfant des schémas comportementaux destructeurs, une sorte de prison psychique et affective qu’il est difficile de quitter. Si vous lisez ces lignes, c’est que le sujet ne vous est pas totalement inconnu.

Un parent toxique, qu’est-ce que c’est ?

Un parent devient toxique lorsque le lien que nous entretenons avec ce parent influence négativement sur notre vie, nos choix, nos comportements. À la différence du parent maltraitant, le parent toxique est souvent convaincu que tout ce qu’il fait est pour notre bien. Il est rarement question d’un manque d’amour de sa part, bien que l’expression de cet amour soit souvent inapproprié. C’est d’ailleurs sa propre histoire et l’éducation qu’il a lui-même reçue qui le pousse dans ses agissements. Or, sur le long terme, le comportement du parent toxique laisse insidieusement des traces indélébiles. 

Si vous avez un doute quant à la qualité de votre relation avec vos parents , voici quelques questions auxquelles vous pouvez essayer de répondre très sincèrement :

Agissez-vous en fonction de ce que penserait ce parent ?

Craignez-vous ce parent et son jugement ?

Appelez-vous ce parent en permanence pour qu’il vous donne son avis ou son aval sur chaque aspect de votre vie ?

Votre parent s’immisce-t-il régulièrement dans votre vie en vous donnant son avis sur tout, même lorsque vous ne lui demandez rien ?

Avez-vous la sensation de vivre sous le poids de ce parent, de ses croyances, de son éducation ?

Est-ce que le choix de votre métier a été insufflé par votre parent ? Vous êtes-vous déjà dit que si vous vous étiez écouté, vous auriez choisi un métier différent ?

Avez-vous la sensation que votre parent utilise le chantage affectif pour obtenir votre présence, votre attention ou pour vous culpabiliser (avec des phrases du genre « tu m’appelles que quand tu as besoin de moi » alors que la veille vous lui avez donné des nouvelles…) ?

Votre cercle amical vous a-t-il soumis l’idée que votre parent était trop intrusif, très strict, rigide ou émotionnellement instable ?

Avez-vous le sentiment de combler le manque affectif de votre parent ? A-t-il tendance à tout miser sur vous et à vous mettre inconsciemment la pression ?

Vous sentez-vous étouffé par votre parent ? A-t-il tendance à vous surprotéger ou au contraire à vous dénigrer ?

Si vous pouvez répondre positivement à certaines de ces questions, il est probable que vous vivez ou avez vécu une relation toxique avec votre parent.

Quelques exemples de parents toxiques

Un parent peut-être toxique de différentes façons. En voici quelques profils :

– Le parent sur-protecteur : enfant votre parent vous couvait comme une poule protège son oeuf. Il vous voyait comme une chose fragile, prête à se briser à tout moment. Vous avez donc grandi sous cloche, tout était décidé pour vous : les cours de piano, le club d’échec, le professeur particulier de maths… Malheureusement, même si ça partait d’un bon sentiment, vous avez commencé à manquer d’air.

– Le parent castrateur : de souvenir, tout ce que vous faites depuis votre plus jeune âge n’est jamais assez bien. Vos notes n’étaient jamais assez bonnes, vous ne vous teniez jamais suffisamment droit, vous étiez trop gros(se) ou trop maigre… Bref, à ses yeux vous n’êtes qu’un incapable indigne d’intérêt. Or avec le temps vous vous rendez bien compte que contrairement à ce qu’il vous a fait croire,  vous n’êtes pas totalement dénué(e) de qualités.

– Le parent rigide/autoritaire : à la maison c’est pire qu’au camp militaire. Il y a des règles très strictes et attention à celui qui tente de les transgresser. L’éducation se fait à la baguette. Votre parent n’est pas un tendre et il vous a suffisamment répété que c’était lui qui commandait. Les pleurs c’est pour les chochottes, la tendresse pour les fiottes. Mais vous voyez bien que ses règles ne sont pas toujours justes et que vous vivez sous un régime totalitaire. Alors que vous, au fond, vous n’aspirez qu’à pouvoir vous affirmer et exprimer ce que vous êtes vraiment.

– Le parent intrusif (souvent les mères célibataires avec leur fils): vous venez de souffler vos 30 bougies et votre mère vous appelle encore tous les jours pour savoir si vous avez bien mangé, bien dormi, si votre conjointe n’est pas rentrée trop tard hier soir, si les enfants ont fait leurs devoirs, si vous êtes dispo pour le repas du dimanche, si vous avez besoin qu’elle repasse votre chemise… En gros, c’est la mère pot de colle dont le rêve absolu est que vous retourniez vivre chez elle avec femme et enfants. Sauf que votre femme commence à accuser le coup et qu’avec votre vie bien remplie, ses coups de fils quotidiens deviennent de plus en plus étouffants et oppressants.

– Le parent dépressif (souvent la mère) : vous avez toujours ressenti que votre parent était triste, fragile et que sa vie n’était pas à la hauteur de ses aspirations. Vous êtes d’ailleurs à ses yeux sa plus grande réussite et sa plus grande fierté. Elle vous a toujours dit que vous étiez le plus beau, le plus fort, le plus intelligent (ou « la » si vous êtes une fille). Alors, pour lui faciliter la vie et lui faire plaisir, vous avez toujours été facile, adorable, serviable. Vous avez endossé(e) le rôle d’infirmier(e) très jeune. Mais force est de constater que vous vous êtes oublié(e) en chemin et que tous vos choix sont fonction du bien-être de votre parent et rarement du votre.

– le parent manipulateur : souffrant d’une blessure narcissique, le parent manipulateur a besoin que son entourage familial lui soit soumis. En cas de rébellion, il va utiliser le chantage ou jouer la carte de la culpabilité (« je me sacrifie pour vous et c’est comme ça que vous me le rendez ? »). C’est d’ailleurs en réalité un radin notoire qui ne donne rien sans contre-partie. Il tient une ardoise qu’il est prêt à ressortir pour vous remémorer tout ce qu’il a fait pour vous (même des choses qui tiennent de l’obligation parentale). Dans une fratrie, il peut faire du favoritisme pour créer des tensions entre ses enfants et n’hésite pas à vous lancer une remarque acerbe pour assoir sa supériorité. Le parent manipulateur vous répète que c’est lui qui décide, point. Conséquence : votre estime et votre confiance en vous sont proche du néant.

Comment sortir du lien toxique avec son parent ?

Une fois la toxicité du lien reconnue, il est indispensable de mettre en place une stratégie pour prendre du recul avec son parent. C’est le seul moyen pour retrouver l’accès à son vrai Moi, étouffé et abîmé par le parent toxique. Or, le lien étant depuis longtemps fermement établi, le parent va faire de la résistance aux changements qu’il observera chez vous. Il faudra donc tenir un positionnement ferme, même face aux tentatives de culpabilisation dont il va user et abuser.

Si vous avez réussi à ouvrir les yeux et que vous aspirez désormais à retrouver votre liberté, c’est probablement qu’une personne proche vous a aidé à vous ouvrir les yeux. N’hésitez pas à lui demander son soutien durant la période de sevrage. Elle pourra vous rassurer sur le fait que les reproches dont votre parent vous accable ne sont que l’expression de sa souffrance face à votre émancipation. Vous pouvez également faire appel à un thérapeute pour vous accompagner dans cette épreuve délicate.

Dans les cas les plus complexes (un parent manipulateur par exemple), il peut-être bénéfique pour vous de couper temporairement les ponts avec votre parent. Prenez d’abord le temps de vous retrouver et de guérir vos blessures (peur de l’abandon, mauvaise estime de soi…). Il est fort probable que de belles choses vous arrivent pendant cette période. En effet, l’influence d’un parent toxique est souvent source d’échecs personnels. Pour vous parler de mon propre cas, mon père est sorti de ma vie il y a presque 2 ans maintenant. Son éducation autoritaire et rigide était en contradiction avec mon épanouissement personnel. La vie m’a facilité les choses à travers un événement qui a fini de m’ouvrir complètement les yeux. Il était évident que la relation avec mon père était toxique. Cette évidence m’a beaucoup peiné s’agissant de mon propre père. Je ne vous cache pas que j’ai eu quelques mois difficiles. Le formatage étant encore présent, je passais par des phases de culpabilité sachant au fond que je n’avais rien à me reprocher. Puis j’ai rencontré un thérapeute qui m’a confirmé que j’étais victime, et non coupable, des exigences mon père. Il m’a dit qu’il était temps que je me concentre sur moi parce que ma vie avait été suffisamment gâchée et compliquée par son influence nocive. Dès lors, tout a pris un nouveau tournant. J’ai pu enfin m’épanouir sentimentalement et retrouver la confiance qui me manquait pour oser faire le métier qui me passionne.

Si vous souffrez du lien toxique entretenu par un de vos parents, je vous souhaite sincèrement de trouver le courage d’y mettre fin. Si vous avez besoin de conseils ou de retours par rapport à ma propre expérience, n’hésitez pas, je me ferai un plaisir de vous répondre 😉

Pour rester connecté c’est ici !

Facebook
Facebook
LinkedIn
TWITTER
PINTEREST
INSTAGRAM

Toutes les catégories

Les archives du blog

Sophie Chérif

Sophie Chérif

Le blog de Sophie me permets d’écrire des articles sur des sujets qui me passionnent et qui j’espère vous seront utiles.
Je vous souhaite une bonne lecture !

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial